copyright msf caption © Dirna Mayasari/MSF
05 oct 18 06 oct 18

Séisme et tsunami en Indonésie : Les équipes d'urgence de MSF sur le terrain dans le Sulawesi central

Le 28 septembre, un séisme de magnitude 7,5 a frappé la province du Sulawesi central, en Indonésie, provoquant un tsunami meurtrier. Des équipes de Médecins Sans Frontières (MSF) sont sur place afin de fournir un soutien médical et technique essentiel.

Le 2 octobre, nos équipes sont arrivées dans la ville de Palu et ont procédé à des évaluations immédiates, qui comprenaient une visite à l'hôpital Undata, à Talise, dans la ville de Palu. Cet hôpital public régional a subi des dégâts considérables. Cependant, il est toujours opérationnel; les patients y sont traités à l'extérieur du bâtiment.

En termes de situation générale : il n'y a pas d'électricité et il n'y a pas de carburant disponible; les marchés et les magasins sont toujours fermés.

Étant donné que l'aéroport de Palu n'est pas opérationnel en raison du séisme, la distribution de trousses et articles de secours se fait à partir d'autres villes telles que Mamuju (à huit ou neuf heures de route) ou Makassar (à 13 heures de route). Cependant, la route n'est toujours pas sécurisée. La police ou l'armée doivent escorter les groupes humanitaires. L'équipe continuera à mener des évaluations.

Daniel Von Rege, chef de mission de MSF en Indonésie, décrit ce sur quoi nos équipes, comprenant du personnel spécialisé en médecine, en logistique et en eau et assainissement, se concentreront dans l'immédiat. « Nous allons nous intéresser principalement aux aspects géographiques et techniques. Nous allons nous concentrer sur les établissements de soins de santé primaires endommagés et détruits, les établissements de soins de santé secondaires et les établissements qui pourraient nécessiter davantage d’approvisionnement ou d’assistance technique. Nous examinerons également l’approvisionnement en eau potable, car il est essentiel de réduire les risques d'épidémies ».

Mises à jour et chronologie

Le 5 octobre

  • En date d'hier, il a été confirmé que le séisme et le tsunami avaient causé la mort de 1 581 personnes, bilan auquel s’ajoutent 2 549 blessés graves et 113 personnes toujours portées disparues. À ce jour, 71 000 personnes vivent dans les camps pour déplacés à Palu. On rapporte que plus de 66 000 habitations ont été endommagées, mais ce nombre pourrait augmenter à mesure que d'autres évaluations seront entreprises.
  • L'approvisionnement en carburant à Palu reste un problème; des files d'attente ont été observées et les stations-service sont gardées par l'armée et la police. Depuis hier, l'électricité a été rétablie dans certaines parties de Palu, mais pas dans toutes. Cependant, l'accès à l'eau reste une préoccupation.

Le 3 octobre

  • Le bilan s'établit à plus de 1 400 morts. Hier, la NDMA a également signalé que plus de 799 personnes avaient été grièvement blessées et que 99 étaient toujours portées disparues.
  • Ces chiffres augmenteront à mesure que d'autres zones deviendront accessibles et que le gouvernement mènera plus d'évaluations. De nombreux bâtiments, dont des maisons, magasins, mosquées et hôtels, se sont effondrés, ont été emportés ou ont subi des dégâts considérables.
  • Environ 66 000 habitations ont été endommagées et près de 62 000 personnes ont été déplacées et se sont installées dans plus de 100 camps.
  • Les personnes déplacées vivent dans des tentes ou n’ont pas d’abri; beaucoup des personnes dans les camps viendraient de l'extérieur de la ville, alors que de nombreux résidents ont déjà quitté Palu.
  • Dans le village de Petobo à Palu, une boue noire s’élevant jusqu’à cinq mètres de hauteur aurait enseveli une centaine de personnes vivantes - un phénomène connu sous le nom de liquéfaction spontanée. Un tel phénomène a également été signalé dans le sud de Palu, Biromaru (district de Sigi) et le village de Sidera (district de Sigi). On a aussi rapporté des glissements de terrain entre Toboli et Palu.
  • Le gouvernement indonésien a indiqué que les ressources nationales en recherche et sauvetage étaient suffisantes pour la réponse au séisme/tsunami. Par conséquent, toutes les équipes internationales de recherche et sauvetage en attente sont priées de se retirer. 

Le 1 octobre

  • Selon le rapport officiel de l'Agence nationale indonésienne de gestion des catastrophes (NDMA), au 30 septembre, le séisme et le tsunami qui ont frappé le Sulawesi central, en Indonésie, ont entraîné la mort de 832 personnes (821 dans la ville de Palu et 11 à Donggala).
  • En outre, 540 personnes ont été grièvement blessées, 29 sont portées disparues et 16 732 personnes ont été déplacées. On s'attend à ce que ces chiffres continuent à augmenter, car il y a toujours des gens coincés sous les bâtiments qui se sont effondrés.
  • Médecins Sans Frontières (MSF) a déployé une équipe locale dans le Sulawesi central, en Indonésie, pour évaluer les besoins médicaux et humanitaires, en coordination avec le mécanisme national d'intervention. L'équipe est composée de spécialistes en médecine, en logistique et en eau et assainissement. MSF continuera à fournir des mises à jour sur cette situation en évolution.

{{{ labels.morehistories }}}